Se connecter

Actualités

Dernières actualités
ESCAPADES – Djerba, perle de la Méditerranée

ESCAPADES – Djerba, perle de la Méditerranée

Si Djerba nous permet une pause soleil à moins d’une heure de Tunis, elle recèle aussi de nombreux trésors, de ses traditions à ses monuments ancestraux, en passant par sa gastronomie riche et variée, et actuellement son festival Ulysse.

Djerba possède des traditions d’une grande richesse : la multitude des bijoux (longtemps le métier de bijoutier fut l’exclusivité des Djerbiens juifs) et des costumes traditionnels, jusqu’aux chapeaux caractéristiques de certains villages comme Guellala et Sedouikech, une gastronomie très variée ou encore la musique sont à l’image de la diversité de la population de l’île.

Des prospections archéologiques menées entre 1996 et 2000 sous les auspices de l’Université de Pennsylvanie, de l’Académie américaine à Rome et de l’Institut national du patrimoine ont révélé 250 sites archéologiques incluant de nombreuses villas puniques et romaines.

Djerba et la religion
Les mosquées ibadites ont une architecture particulière et il n’est possible d’accéder au minaret qu’en passant par la salle de prière. Certaines sont souterraines : à quelques kilomètres de Sedouikech, en direction d’El Kantara, se trouve l’une d’entre elles, Jemaâ Louta, qui daterait du XIIe ou du XIIIe siècle et où les Ibadites se réfugiaient pour pratiquer leur culte.

Synagogue Ghriba – crédit photo : Djerba.be

Et bien sûr, on ne peut pas évoquer la religion sans parler de la fameuse Ghriba, vers laquelle de nombreux pèlerins juifs se rendent chaque année. Son architecture et ses mosaïques en font un des joyaux de l’île.

Les forts

Borj El Kastil est l’un des rares forts de l’époque médiévale qui ait été partiellement épargné. Forteresse bâtie au 13e siècle par le conquistador espagnol Roger de Lauria, l’amiral de Pierre III d’Aragon, roi de Sicile ; Lauria occupe Djerba sous les ordres de Pierre d’Aragon en 1284 et y place une forte garnison.

Fort de Djerba – crédit photo : Djerba.com

Le Fort Ghazi Mustapha remonte au 15ème siècle et sa construction fut ordonnée par le Sultan Abou Fares EL HAFSI, qui s’était rendu en 1432 à Djerba pour contrer la campagne espagnole menée par le roi aragonais Alphonse V.
Le Bordj El Rouss, ou Tour des Crânes, fut érigé en 1560 sous l’ordre de Dragut Pacha, avec des crânes de soldats espagnols, vaincus lors de leur campagne contre l’île, pour rappeler à ses ennemis chrétiens que leur sort sera semblable à celui des soldats dont les cranes ont servi à la construction de cette tour, si jamais ils envisageaient la reconquête de l’île. Toutefois, la démolition de ce vestige n’a eu lieu qu’en 1848, lorsque la communauté chrétienne de Djerba a demandé au Bey de Tunis de l’autoriser à extraire les os et cranes des soldats chrétiens afin de les enterrer. Et l’ancienne structure a été remplacée par une stèle commémorative

Le site archéologique de Méninx

Fondé par les Phéniciens vers le 10ème siècle av. J.-C., il garde les vestiges de cette cité qui fut, du temps des Romains, la capitale de l’île. L’étendue du site témoigne de la prospérité et de l’importance de cette place forte, véritable carrefour commercial entre l’Afrique, l’Orient et l’Occident pendant de nombreux siècles.
Non loin de l’antique Méninx, se dressent les vestiges de El Kantara (littéralement, « le pont », une chaussée longue de 6 km, que construisirent les Romains pour relier Djerba à la côte. Il n’en reste aujourd’hui que les célèbres ruines. Une route fut construite en 1951 à l’ancien emplacement de l’antique Kantara, pour relier Djerba au littoral.

Gastronomie :

Le fameux riz djerbien, mélangé à des légumes hâchés
Le mesfourf, délicieux couscous roulé au beurre aux fruits secs
Osbane et Mahchi : tripes farcies
Kamounia : abats en sauce au cumin
Couscous au poisson ou aux calmars farcis

Inscrite au patrimoine

Pour figurer sur la liste de l’UNESCO, les sites doivent avoir une valeur universelle exceptionnelle et satisfaire au moins un des dix critères de sélections .

L’Association de sauvegarde de Djerba a mené depuis 1994 une compagne pour inscrire l’ile de Djerba au patrimoine mondial pour sensibiliser la communauté tunisienne et internationale.

Se rendre à Djerba :

Depuis la Tunisie :

Vols directs-Trains

Depuis la France :

Voles réguliers depuis plusieurs villes françaises

Source : lepetitjournal

Postes liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *